Παρασκευή, 17 Δεκεμβρίου 2010

It was a busy month for the nymphs

Αγαπητοί, αφανείς και μη, λιγοστοί αλλά εκλεκτοί αναγνώστες μου,

Το ξέρω πως άφησα το καλειδοσκόπιο ανενεργό και άφαντο. Πρέπει να σας ενημερώσω όμως οτι λόγοι ανωτέρας βίας όπως κατάρες και κυνηγητό από άλλα ξωτικά του δάσους, ένα φορτωμένο πρόγραμμα, μία αρρώστεια(αποτέλεσμα αυτών που προανέφερα!) αλλά και η...πληθώρα ειδήσεων δεν άφησαν τη Nymph να ασχοληθεί με το μπλογκ της. Τι να πρωτοσχολιάσει κανείς; Την υπόθεση Wikileaks-Julian Assange, την κλιματική σύνοδο στο Κανκούν ή τη συνέχεια της σειράς "Ιρλανδία, περηφάνεια και πτώχευση"; In the mid-time που λένε και στο δάσος (damn you nymphs!) είπα να γράψω ένα μικρό άρθρο, πάντα για την επικαιρότητα στην Ιρλανδία, για την φοιτητική εφημερίδα της σχολής μου η οποία εκδόθηκε, θα εκδοθεί, ça marche, δεν πρόκειται και για τη Monde...
Και παραθέτω το αυθεντικό:



ACTUALITE EUROPEENNE

L'Irlande dans la tourmente de la crise financière


Qui ? Brian Lenihan, ministre des finances irlandais
Quoi ? Présentation du budget d'austérité pour l'année 2011. Parmi les mesures: suppressions d'emplois publics, baisse des allocations familiales, augmentation du TVA et hausse des impôts.
Où ? Parlement Irlandais
Quand ? 7 Décembre 2010
Pourquoi ? Faire diminuer le taux du déficit public du PIB de 32% actuellement à moins de 3% en 2015

Un nouveau pays vient s'ajouter aux victimes de la zone euro qui ont succombé à une crise financière débutée en 2008. La crise des dettes nationales qui semble menacer les pays les plus faibles de la zone euro a commencé l'année dernière avec la Grèce et continue maintenant avec l'Irlande. Il est impossible de dire aujourd’hui qu’aucun autre pays de suivra cette direction, malgré les tentatives des pays membres pour convaincre les marchés de la stabilité de la zone euro.

L'Irlande a déjà du adopter par trois fois des budgets d'austérité depuis le début de la crise financière pour sauver son système financier. Cependant, cette fois, les mesures d'extrême rigueur (6 milliards d'euro d'économie en 2011) s’accompagnent d’un plan d'aide de 85 milliards d'euro attribué à l’Irlande par l'Union Européenne et le Fond Monétaire International. Il faut noter que des pays tels que le Royaume-Uni, la Suède et le Danemark, qui ne sont pas membres de la zone euro, participent également à l’aide apportée par l’Union Européenne. Cette histoire a commencée au mois de Novembre et malgré les réactions variées, elle n'est pas devenue une saga comme celle de la Grèce. L'Irlande a confirmé la demande d'aide le 21 novembre et le plan a été adopté officiellement par les ministres des finances de l'U.E. le 7 décembre dernier. L'examen du budget dans un parlement où la coalition Fianna fail-Verts n'a pas une grande majorité va durer normalement jusqu'à mi-février 2011 et le Premier Ministre Brian Cowen a déjà annoncé son intention de dissoudre le Parlement, le "Dail", après le vote du budget.

Mais comment le « Tigre celtique », qui parait  être un cas différent de la Grèce et qui avait une économie florissante jusqu’à la crise financière, s'est trouvé dans cette situation? Pour les analystes, deux principales raisons ont conduit au surendettement de l'Irlande. La première a été l'éclatement de la bulle immobilière en 2008 qui n’avait eu de cesse d’augmenter pendant les années de croissance. Puis, le secteur bancaire semble avoir été surdimensionné par rapport à la taille de l'économie irlandaise (et de sa population d’environ 7 millions d'habitants). Le taux d'imposition sur les sociétés en Irlande est l’un des plus faibles d'Europe (12,5%) et même avec le plan d'austérité, il n’est pas prévu de changement. Ce taux d’imposition a été considéré comme le principal facteur d'attraction des entreprises, favorisant leurs investissements en Irlande et participant ainsi à la croissance de l'économie irlandaise. En revanche, les pays européens ont accusé l'Irlande de mettre en place un "dumping fiscal" injuste par rapports aux autres pays membres.

Est-ce à dire que "le miracle irlandais", ce modèle tant célébré, n'existe plus?

Ce qui est certain, c’est que la crise financière commencée en 2008 continue à frapper sérieusement les "maillons faibles", les pays "laxistes" ou les PIGS comme on entend assez fréquemment, qui font face aux grands problèmes des dettes nationales. Les marchés réagissent de manière excessive? A l’heure actuelle, il n’y a que les économies périphériques de la zone euro qui sont affectées, et des pays qui ne sont pas dans la zone euro mais il n’y a pas, concernant ces derniers, de risque de contagion. Ces économies ne parviennent pas à convaincre les marchés, malgré les mesures d’austérité engagées. Qui sera le prochain? Et...jusqu'à quand la rigueur?


Vous pouvez aussi lire un article intéressant du Monde Diplomatique sur l'histoire du modèle irlandais http://www.monde-diplomatique.fr/2010/10/LAMBERT/19768



DIXIT
Helmut Schmidt, ancien chancelier allemand:

"L'Europe manque de dirigeants. Il lui manque des personnalités, à la tête des Etats nationaux ou dans les institutions européennes, qui aient une maîtrise suffisante des questions nationales et internationales et qui fassent preuve d'une capacité de jugement adéquate."

Le Monde.fr, 7 Decembre 2010
Extrait d’un entretient réalisé par le think tank britannique Official Monetary and Financial Institutions Forum www.omfif.org





Φαντάζομαι πως το πολύγλωσσο κοινό μου καταλαβαίνει και δεν έχει ανάγκη μετάφρασης!! Κατ'όπιν και μόνο ζητήσεως ίσως γίνει κάτι. 

Αυτά για σήμερα! Υπόσχομαι να επανέλθω λίαν συντόμως (και με μουσικές αναφορές). Η Nymph έχει να κανονίσει και τα του ταξιδιού της επιστροφής της στα πάτρια εδάφη!
 

Δεν υπάρχουν σχόλια:

Δημοσίευση σχολίου